Rechercher

Pourquoi accompagner les acteurs du premier recours en coaching ?

Dernière mise à jour : 10 sept. 2021

Le projet d'accompagnement des professionnels de santé prend son origine dans les constats que j'ai fait durant ma vie professionnelle. Outre mes 17 ans d’expérience dans le secteur social, j'ai mené successivement trois réflexions concernant les équipes de premier recours :

  • En 2015, durant mon Diplôme Universitaire Management de la santé (IAE) j'ai mené une réflexion sur le pilotage des Maisons de santé en tant qu'outil des politiques de santé en territoire.


  • En 2018, dans le cadre de la formation PACTE Soins primaires (EHESP) j'ai analysé le rôle et la fonction d'un coordinateur dans le développement d'un Système d'Information ubiquitaire et communicant pour arriver à la conclusion que l'offre d'un outil quel qu'il soit (numérique, plate forme, réseau de coordination, etc.) ne suffit pas à elle-seule. Les professionnels et les équipes de soins de premier recours ont besoin d'être accompagnées dans la conduite du changement. La participation à la création de l'association de coordinateurs d'Occitanie (COOCS) m'a également permis de cerner les problématiques fortes, profondes et récurrentes des coordinateurs et des leaders.

  • En 2020, à travers de ma certification de Coach Consultante Professionnelle RNCP 7, je me suis intéressées à l'accompagnement des acteurs de la santé dans les conduites du changement en matière de numérique. Ce travail ainsi que l'accompagnement en coaching d'une coordinatrice met en évidence les retombées d'un tel accompagnement sur la dynamique collective par la corrélation entre le travail sur les croyances, les besoins, les valeurs, les limites des acteurs et la réflexion concernant le projet de santé des équipes et par extrapolation leur implication dans la dynamique territoriale.


La question qui me vient est la suivante :


Pour quelle raison les professionnels du premier recours ne seraient pas aussi bien accompagnés que ceux des CHU?


Quand on entend parler de santé, on entend la plupart du temps parler de l’hôpital.

Notre système de santé est souvent basé sur la prise en charge des patients en soins de second recours…mais…le patient est pris en charge, en général, pour la plus grande partie de sa vie par son médecin traitant, son cabinet infirmier, son cabinet de kinésithérapie, son service de soins à domicile etc…

La crise sanitaire a permis de mettre en lumière l’importance des acteurs de proximité mais il est encore un peu le « parent pauvre » de la santé.



Permettre à ces acteurs engagés de profiter d’un accompagnement spécifique au même titre que les autres secteurs leurs permettra de dégager un bénéfice dans leurs actions, leurs vécus, leurs avenirs.